Intouchables de Eric Toledano & Olivier Nakache

Chers lecteurs et lectrices, l’heure est grave. Pour vous dire, toute chance de survie est impensable. La comédie populaire n’a jamais été aussi mal qu’aujourd’hui, ce 2 novembre 2011.

Voilà bientôt cinq ans que le cinéma français, et plus particulièrement la comédie populaire à la française, ne nous a pas servi un excellent film. Le dernier en date était probablement le premier épisode des OSS 117 version Hazanavicius. Rappelez-vous, c’était cette énorme tranche de rire réjouissante de bout en bout avec un Dujardin génial. Mais voilà, il est l’heure du changement. Du gros bordel pour rappeler au cinéma français qu’il y a encore des amoureux du grand écran. Alors qu’il y a pas si longtemps que ça, Hazanavicius nous réjouissait avec son audacieux « The Artist », la comédie, la pure, la dure va reprendre des couleurs par des mecs auxquels on les attendait pas là. Eric Toledano & Olivier Nakache sont des réalisateurs qui ne me plaisaient pas particulièrement. Pour moi, ils ont toujours une vision de la comédie populaire un peu naïve, cherchant trop souvent à allier humour et famille. Ils ont foiré leurs deux derniers long-métrages, Nos jours heureux et Tellement proches, deux comédies destinées à la populace décérébrée mais avec Intouchables, le duo compte bien frapper fort.

Et le pari est brillamment gagné et le succès déjà assuré. Dès la scène d’ouverture, le duo offre une mise en scène béton.

Une course-poursuite hilarante emmené par un jeu de lumières fort intéressant sur une musique des Earth, Wind & Fire. Ca y est vous vous imaginez la scène. Ce n’est que le début d’une énorme tranche de rire, qu’il faut vivre au cinéma pour aimer. Imaginez vous maintenant une salle où il y a six cents personnes qui rigolent en cœur. On y trouve pendant près de deux heures un bonheur et une euphorie que je n’avais jamais vécu auparavant au cinéma. Comme si Intouchables était un film intouchable (pardonnez le jeu de mots), rassemblant toutes les classes sociales dans une seule et même salle. Intouchables tient aussi son charme dans son sujet, certes risqué et ultra-rabâché auparavant, où la force de l’amitié entre l’aristocrate et le jeune de banlieue fait passer paisiblement le sujet casse-gueule du handicap. L’autre force d’Intouchables, c’est qu’il arrive à mélanger, de façon très habile, l’humour et le côté dramatique. Car en plus de son handicap, cet aristocrate, magnifiquement interprété par un François Cluzet à la fois tout en retenu et très drôle, a un passé familial difficile. Un sujet qui reviendra souvent dans le film et qui apporte une émotion particulière au spectateur. En plus de cela, il y a le personnage de Omar Sy. Le jeune Omar, déjà vu dans les deux derniers longs-métrages du duo, livre une performance réjouissante apportant un côté irrésistible à ce jeune de banlieue, véritable rebut de la société sans cesse rattraper par son passé de criminel et qui désire du changement. Et malgré ces deux personnages qui mènent la vie dure, Intouchables est une sorte de « feel-good movie » à la française et un putain de bon film.

Intouchables est aussi une réunion sur le plan de la bande originale, d’un côté on y trouve la musique classique soutenue par l’aristocrate et de l’autre le funk et la soul soutenus par le personnage de Omar Sy. Cet ensemble, aussi improbable qu’original, forme une B.O assez intéressante.

Et si, Intouchables a déjà gagné son pari artistique, son succès commercial est quasiment garanti. C’est probablement ce que j’ai vu de meilleur, dans le domaine comique, cette année tant sur le plan scénaristique que sur le plan des interprétations (le duo Cluzet-Sy est incroyable d’humour et de sincérité) et quand on sort d’Intouchables, on a la banane ! A voir absolument.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s