L’Irlandais de John Michael McDonagh

Qu’est-ce que c’est beau la fraternité, n’est-ce pas ?

Il y a trois ans sortait l’excellent Bons baisers de Bruges, une comédie noire qui puait le pessimisme à des kilomètres à la ronde mais qui faisait franchement rire grâce à ses acteurs géniaux et à ce cadre si particulier dans un Bruges entouré de tueurs à gages et de nains. Trois ans plus tard, c’est le frère McDonagh qui reprend le flambeau en signant lui aussi une comédie noire. Si l’on reprend le même acteur principal, le génial Brendan Gleeson, L’Irlandais se veut plus comme une sorte de western à l’irlandaise. Son héros, un flic toxicomane et alcoolique, se retrouve mêlé dans une sombre histoire de trafic de drogue dont l’enquête est donné au FBI. Si cette fois-ci, l’histoire est essentiellement basée autour de flics, au fil du film, l’on découvre une partie sombre et pas franchement jolie à voir du FBI et de la police en général où le fric et l’ascension sociale sont les éléments les plus importants dans un monde qui pue la crapule.

Drogue, prostituées, gangsters, flics véreux, sociopathes et zoophiles font de L’Irlandais un divertissement sympathique qui n’étonne pas franchement par son originalité étant donné que le scénario est vu et revu malgré un humour qui fait mouche. Heureusement, la musique de Calexico (un groupe mélangeant mariachis et musique tout droit venue d’Arizona) et le décor peu accueillant du Connemara apporte un certain charme en alliant morosité et dangerosité. Mais c’est sans compter sur le casting impressionnant que le film gagne de l’intérêt. Avec Brendan Gleeson dans le rôle du flic grincheux où il est tout bonnement excellent, Don Cheadle ou encore Mark Strong et Liam Cunningham, le film s’offre un casting qui arrive à rehausser le niveau d’un second long-métrage qui a plus la tronche d’une grosse blague que d’un film. Alignant les vannes racistes et totalement antisémites, L’Irlandais risque fort de ne pas faire rire tout le monde et est malheureusement réservé un public restreint et à ceux qui ont apprécié Bons baisers de Bruges – comme l’annonce l’affiche –. Et si les jours de L’Irlandais sont comptés dans les salles françaises, dû à une trop forte concurrence et vu que les cinémas n’ont plus d’yeux que pour Intouchables (certes, le film a dépassé les quinze millions d’entrées, et alors?), il serait bête de louper ce divertissement modeste qui a de la gueule grâce à son casting génial et surtout grâce au fait que le film est profondément drôle et touchant.

Et si L’Irlandais n’est pas programmé près de chez vous, on espère malgré tout que le film aura une meilleure exploitation lors de sa sortie en dvd.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s