Alceste à bicyclette de Philippe Le Guay

Alceste à bicycletteAvec Les Femmes du 6ème étage, Philippe Le Guay parvenait à concilier critiques et spectateurs dans un seul et même enthousiasme et s’installait, au bout du cinquième film, comme un réalisateur désormais valeur sûre du cinéma populaire français.
En reprenant le Misanthrope de Molière et en s’offrant le duo Luchini – Wilson comme atout marketing de choix, Alceste à bicyclette réussit à livrer une comédie sympathique et didactique dans laquelle ces deux grands acteurs s’amusent et abusent de l’alexandrin.
Dialogues efficaces et intelligents au menu, le chevauchement de deux égos à travers l’œuvre de Molière et la force du film à allier l’absurde au pittoresque du décor offert par l’île de Ré apportent un peu de fraîcheur purifiante à un genre bien trop archaïque que celui du film théâtre. Quand Luchini répète avec vigueur et puissance Alceste – le rôle qui le hante depuis trente ans, Wilson, dans un rôle de Clooney français, apporte de la légèreté à un film qui manie le phrasé inimitable du premier et la nostalgie de celui-ci pour en faire une comédie généreuse et rondouillarde.

Les balades à vélo et le temps de Charente n’y sont pas pour rien puisqu’elles constituent la partie prépondérante des gags distillés dans le film. A travers un jeu du chat et de la souris, à qui aura la belle italienne, Philippe Le Guay semble s’amuser à faire tomber, crier et voir dégoisé ses deux protagonistes de porno avec une telle innocence, offrant la plus belle scène d’un film malheureusement uniforme.
Hormis l’intelligence d’un scénario qui parvient à introduire une malicieuse et rancunière chronique sur le métier d’acteurs et qui offre la parenthèse inattendue d’un film construit de manière linéaire, la principale faute de Alceste à bicyclette est de rester observateur et admirateur des répliques du duo et n’en n’interposer que les points faibles dans deux situations malheureusement superficielles et bâclées d’un revers de la main. Ne faisant que simplement conjecturer sur le passé de l’autre, il manque de reflet humaniste au métrage pour attirer ce qu’il faut d’émotion au film et d’en faire un divertissement complet.

Le tout reste extrêmement plaisant, le plaisir de jouer est communicatif et la direction d’acteurs est exemplaire. Si Luchini fait du Luchini, à grands coups de répliques gueulées et de citations théâtrales, Lambert Wilson apporte une véritable drôlerie à un personnage aussi maladroit que manipulateur qu’est le sien et prouve un talent comique qu’il serait dommage de gâcher.

Apportant son lot de répliques cultes et offrant un moment absolument délicieux dans lequel une jeune actrice du X récite avec maestria du Molière, et que, soudain, la caméra s’approche et offre un peu d’amplitude à un film au rythme tranquille, Alceste à bicyclette est une très bonne surprise en ces temps où les grosses productions américaines écrasent la seule présence d’un film français. Succès au box-office quasi-garanti et se statuant comme un divertissant de qualité, le nouveau film de Philippe Le Guay apporte ce charme champêtre et cette soudaine douceur et bienveillance qui font du bien en cette période hivernale et le consacre désormais en un réalisateur à surveiller. Ou du moins à espérer. Car rares sont les auteurs à manier Molière en l’appliquant avec un soupçon d’ivresse et une passion véritable.3 étoiles et demi

Une réflexion sur “Alceste à bicyclette de Philippe Le Guay

  1. Je ne sais pas si Luchini et Wilson ont eu besoin d’être dirigés…
    Bonne critique, je suis peu près d’accord avec toi avec un peu moins d’enthousiasme !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s