Ill Manors de Ben Drew [Sortie DVD/Blu-ray]

Ill ManorsLa barrière entre le cinéma et la musique est un peu comme un mariage à la dérive. Elle a connu ses bons et ses mauvais moments quoi ! Si cette dernière est pratiquement indissociable d’un film d’un point de vue formel, il est de plus en plus rare de voir ses artisans passer de l’autre côté et prendre la fonction de réalisateur. Remarqué en 2010 pour son album The Defamation of Strickland Banks – et son tube She Said –, Plan B a souvent fait des apparitions au cinéma dans des rôles à la consistance diverse, entre simple figuration et personnage à part entière, comme dans le récent Harry Brown. En 2012, avec la sortie de son album Ill Manors, dans lequel il revient au rap et rien d’autre, Ben Drew vient d’amorcer l’élaboration du film homonyme. Virtuose et mâture, mêlant un regard amer sur l’état de son pays avec un talent certain de composition, l’album avait frappé à la porte de l’auditeur curieux comme une sorte de révélation. Le film, lui, malgré un réel effort du cinéaste-rappeur à allier ses références à son récit, n’apporte rien et se révèle être aussi fragile qu’imposant.

Après une heure à avoir présenté ses personnages, Ill Manors délaisse le réalisme de son action pour devenir un film choral à part entière dans lequel les destinées de chacun des personnages sont entièrement liées. La cruauté du regard du cinéaste est tout bonnement impressionnante et le montage crée un effet de cohérence, un son d’écho avec l’album, qui est des plus réussis. Ayant réussi à intégrer ses morceaux dans le film comme un complément à la narration, Ben Drew a réussi là où certains ont peiné à faire de leur œuvre un travail complet et fidèle à la première étape. Pourtant, le tout jeune cinéaste, malgré un entrain évident et un talent de direction d’acteurs déjà bien présent (la grande majorité de ses acteurs sont excellents, Riz Ahmed en sort presque grandi), c’est toute une machine que Plan B n’arrive pas à faire fonctionner dans sa totalité. De toute la culture rap qui s’est développée au cours des années 90 et des nombreux films qui ont émergés jusqu’au début des années 2000, l’Anglais n’arrive ni à donner une identité esthétique à son film ni à apporter à son film une vivacité, une originalité qui lui permettrait de s’échapper de toutes les productions cinématographiques précédentes. Et c’est bel et bien dans sa volonté de réalisme que le film échoue. La photographie est à tout instant grisâtre, Londres n’a jamais paru aussi cadavérique (sans doute le désir de l’auteur, parfois grotesque, de montrer la capitale comme le haut lieu du vice et de la violence) et, sous de multiples formes de filmage, Ill Manors ne ressemble qu’à un film à moitié fini, à moitié fascinant.

Néanmoins, l’on ne peut renier la puissance de certaines séquences avec lesquelles Plan B parvient à susurrer une émotion palpable, pure et éphémère. Dans leur cauchemar respectif, l’Anglais ne montre jamais ses personnages comme des personnes sombres ou mauvaises par nature, comme le laisse penser le cinéma actuel. C’est bien dans leur environnement qu’elles le sont devenues, ou qu’elles aspirent à le devenir. Jusqu’à laisser une once d’optimisme, Ill Manors reste un film dont les intentions sont réelles, auquel le dilettantisme avec lequel Ben Drew écrit son scénario et ses protagonistes, approchant à de nombreuses reprises l’artificiel, font de ce premier jet un effort instable, aussi encourageant que dénué de rythme et de finesse dans le propos et la forme. Reste cependant l’audace d’offrir, encore aujourd’hui, au public un produit exigeant, parfois cruel avec celui-ci, et sans fioritures aucunes.2 étoiles et demi

Édité par France Télévisions Distribution, le Blu-ray de Ill Manors souffre d’un total manque de contenu mais reste assez honorable techniquement. Le son est excellent, notamment dans les séquences où la musique de Plan B raisonne et l’image est bonne, sans aucun grain. Le manque de bonus est flagrant car, hormis une bande-annonce, l’on n’y trouve ni making-of ni commentaire audio qui permettrait de donner un peu plus d’intérêt au film au travers de son élaboration. Une véritable déception sur ce point. En DVD et Blu-ray à partir du 8 août.

Ill Manors, réalisé et écrit par Ben Drew
Interdit aux moins de 12 ans avec avertissement
Avec Riz Ahmed, Ed Skrein, Nathalie Press et Anouska Mond
Musique : Ben Drew et Al Shux
Durée : 1H42
Dates de sortie : 3 avril 2013 en salles / 8 août 2013 en DVD et Blu-ray chez France Télévisions Distribution
 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s