Les Interdits de Anne Weil et Philippe Kotlarski

Les InterditsLes Interdits, réalisé et écrit par Anne Weil et Philippe Kotlarski
Avec Soko, Jérémie Lippman, Vladimir Friedman et Ania Bukstein
Durée : 1H40 / Date de sortie : 27 novembre 2013

Anciens monteurs et scénaristes, Anne Weil et Philippe Kotlarski ont décidé de se lancer dans la réalisation en duo avec les Interdits, chronique au postulat très sérieux puisqu’il prend lieu en URSS et conte l’histoire de deux jeunes adultes apportant aux juifs, harcelés par le régime, des nouvelles du monde. Ecrit par les réalisateurs eux-mêmes, le film fait directement preuve de grandes qualités esthétiques au travers d’une utilisation savante de la lumière et de l’espace. D’abord curieux avant de rapidement devenir exaspérant, Les Interdits joue avec les codes du film historique pour partir plus progressivement vers le film de reportage dont le quotidien des deux héros, leur histoire naissante et le parcours que chacun finit par prendre, intéresse plus les cinéastes que le climat politique lui-même, ayant pourtant déjà offert quelques perles dans le genre. Virage fatal pour le film qui, au terme de ses une heure quarante, laisse davantage le goût d’un film qui a raté son sujet pour voguer vers des terrains plus intimes et qui, outre les clichés qu’il finit par parcourir en long et en large, ne parvient pas non plus à rendre son récit aussi subtil que son éclairage.

Malgré une certaine cohérence narrative qu’il réussit à garder comme cap, les Interdits n’impose jamais la tension à laquelle on pouvait légitimement s’attendre. Parfaitement innocent dans le traitement de son contexte historique, les Interdits laisse perpétuellement le spectateur dans une situation instable et s’amuse à faire déchanter chacune des attentes d’un genre aussi complexe à traiter qu’est le film historique. Ce qui pourrait être un atout à certains moments, certaines œuvres ayant su apporter un substitut de par une identité visuelle ou narrative imposante, le métrage d’Anne Weil et de Philippe Kotlarski, et son manque d’empreinte caractérielle chez ses personnages, n’approche que très superficiellement de la réussite et ne finit que par purement et simplement ennuyer. Aussi dramatique qu’est le naufrage d’un film dont la passion et la volonté de réussir se sentent dans chacune des images, son interprète féminine centrale, portée par Soko, est d’une balourdise terrifiante, sans âme, sans incarnation. A l’image du film : sage et maladroite. Les Interdits sombre très rapidement dans un déclin de force qui se lit plus le récit avançant. Seule la performance de Jérémie Lippman, comédien de théâtre et dont la posture comique vient apporter quelques légers sourires au film, réussit à sortir le film des pénibles ambitions dans lesquelles il s’était engouffré.

Car la reconstitution de l’époque et le climat de propagande que les cinéastes essayent de retranscrire, l’étrange tourisme qui s’est bâti au fil du temps, a beau amener un regard critique assez cohérent, les Interdits n’arrive pas non plus à rapporter le mélange des langues et des cultures à quelque chose de plus intense qu’un simple effet de style où l’on vante la beauté des paroles. Jusqu’à sa dernière séquence, archaïque et risible, où les réalisateurs tentent de trouver une fin heureuse à une histoire qui n’intéressait que très peu le spectateur dès le début, le film d’Anne Weil et de Philippe Kotlarski demeure lisse et sans chair, sans sensitivité durant l’intégralité du récit.

Film d’espionnage sans le vouloir, sombrant dans l’application de ses créateurs à réaliser un film délicat et intelligible par tous, les Interdits n’est finalement qu’un exercice étouffant de lourdeur dont le contexte politico-culturel demeure un prétexte à un récit de jeunesse, opportuniste et naïf, où ses protagonistes mènent peu à peu le métrage vers le taciturne et l’atermoiement. C’est pour dire l’échec de cette première copie.1 étoile et demi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s