C’est la fin de Seth Rogen et Evan Goldberg

C'est la finC’est la fin, écrit et réalisé par Seth Rogen et Evan Goldberg
Avec Seth Rogen, James Franco, Jonah Hill et Jay Baruchel
Durée : 1H47 / Date de sortie : 9 octobre 2013

On les a vus partout, tout le temps. La bande à Judd Apatow a définitivement trouvé une place de choix dans le paysage cinématographique américain, patron sans concurrence – Adam Sandler continue à faire vendre sans réjouir – de la comédie. D’abord insolents, très frontaux dans leur vulgarité, Seth Rogen et les autres ont arpenté pour la plupart d’autres genres qui en ont fait des acteurs polyvalents. Jonah Hill a explosé avec le Stratège de Bennett Miller, Seth Rogen a dynamité le film de super-héros avec The Green Hornet, tandis que James Franco s’est fait une place de choix dans le cinéma indépendant. Six ans après Supergrave et Délire Express, la réunion a donc eu lieu avec C’est la fin, écrit et réalisé par Seth Rogen et Evan Goldberg, où l’énorme casting prend place dans une comédie apocalyptique tantôt bancale, tantôt jouissive.

La place du référentiel a toujours eu une grande importance dans la construction narrative et comique du cinéma apatowien. Longtemps collés aux rôles de nerds, toute l’intelligence des comédies de Judd Apatow a été de faire dérailler cette machine en les montrant sous un tout autre jour. Montrer les enfants de la pop culture face à l’âge adulte et ses contraintes, question à laquelle En cloque, mode d’emploi répondait parfaitement en alliant une grande drôlerie avec une gravité constamment sous-jacente. Avec C’est la fin, la formule est tant ici de montrer d’une manière quasi-autobiographique la tournure qu’ont pris les événements, l’évolution des statuts de chacun face au succès au cours d’un huis clos alors que l’Apocalypse approche. On peut évidemment faire un parallèle avec le Dernier Pub Avant la Fin du Monde, des géniaux Edgar Wright et Simon Pegg, qui traitait sensiblement des mêmes sujets en adoptant un ton plus surprenant, plus évasif et donc plus puissant dans le traitement de son thème de l’âge. C’est la fin joue une carte malheureusement moins ambitieuse en stagnant au statut de longue blague d’une heure quarante durant laquelle chaque acteur se moque de la carrière de l’autre en citant avec une certaine malice quelques films. L’idée est marrante sur le coup puisque le film ne fait qu’empiler ses références pour créer une drôlerie, or, la mise en scène de Rogen et Goldberg est totalement statique, sinon fade. Du procédé de huis-clos, aucune véritable trouvaille n’émerge du film. Tout est basé sur l’unique objectif de produire une pantalonnade où les blagues graveleuses sont la moelle épinière du film. Quelques traits d’une confrontation psychologique entre Seth Rogen et Jay Baruchel apparaissent au cours du film, les deux grands héros qui tentent de reconstruire leur amitié malgré des carrières divergentes, mais le film ne fait que les effleurer pour ne pas sombrer dans sa propre ambiguïté. Le métrage ne cherche qu’à attirer un spectateur qui connaissait déjà la carrière des protagonistes, laissant l’autre sur le côté puisque la puissance comique du film provient principalement de ces références.

Ce qui est d’autant plus dommage avec un tel film est que ce qui fit la réussite des comédies labellisées Apatow étaient celles qui traitaient de divers sujets avec une maturité et un ton presque grave qui les rendaient purement et simplement touchantes. En ne s’employant qu’à ne montrer que la facette comique de la bande, C’est la fin rate le tournant, là où Edgar Wright et Simon Pegg se révélaient dans la confrontation avec leur oeuvre et à des thèmes qui dévoilaient en même temps leur attachement à l’homme et non simplement à un univers, déconnecté de toute réalité. C’est la fin manque simplement d’audace et de panache pour que le film soit en accord avec les moyens qu’il déploie tout du long. Moyens qui n’empêchent cependant pas le film d’être chaotique visuellement, rivalisant de laideur dans ces séquences extérieures et la modélisation des créatures. Est-ce là un gag ou un simple échec ? Dur à dire, tant le film semble jouer avec cette laideur pour se moquer des productions actuelles, d’un système bouffé de l’intérieur.

Trop de superflu durant le voyage qui rend le film harassant, bruyant et brouillon. Les acteurs sont en roue libre, dont Jonah Hill et Seth Rogen, deux des acteurs les plus acclamés actuellement dans le cinéma américain, qui semblent effacés ou perdus dans le projet. Au milieu d’une pop culture envahissante, écrasante (des citations à l’Exorciste, 127 Heures, …), le film de Seth Rogen et d’Evan Goldberg ne vit que dans ses moments de pure spontanéité, où la nature reprend le dessus et où le ridicule des situations redevient un élément comique explosif. Dans ses quinze dernières minutes alors, avec les apparitions miraculeuses de Channing Tatum, Whitney Houston et des Backstreets Boys, C’est la fin convainc et, plus encore, fait rire aux éclats. En s’extirpant d’une posture cool, le naturel affiché par les protagonistes nous rappelle les premières heures de l’ère Apatow où le gênant épousait le drolatique.

Sans vraiment être un échec, C’est la fin est un objet filmique qui démontre les limites d’un système pourtant porté vers les excès, visuels et comiques. Un méta-capharnaüm duquel Danny McBride, brillant de bout en bout, porte le film dans ses fulgurances d’une intense vulgarité, rappelant malgré tout l’efficacité à toute épreuve d’une écriture comique jusqu’au-boutiste.2 étoiles et demi

LE DVD

L’image est de qualité, le son est parfois instable, notamment dans les scènes d’action où il monte violemment, sans savoir pourquoi. Les joies du DVD. Les bonus sont aussi réussis bien que peu variés dans leur proposition. Avec un commentaire audio de Seth Rogen et Evan Goldberg hilarant, s’ajoute aussi quelques séquences provenant du marketing autour de la sortie du film aux Etats-Unis et un petit making-of au cœur du tournage. Parfaitement insignifiants bien entendu. Un bon DVD au final, sorti le 19 février chez Sony.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s