Dragons 2 de Dean DeBlois

Dragons 2Dragons 2, écrit et réalisé par Dean DeBlois
Avec les voix VO de Jay Baruchel, Cate Blanchett, Gerald Butler et Craig Ferguson
Durée : 1h43 / Date de sortie : 2 juillet 2014

Au moment où Pixar a un coup de mou, Dreamworks a donc décidé de vivre sur une suite. Soit, c’est un choix comme un autre pour assurer ses arrières et montrer que l’on peut encore faire du bon avec du vieux. Or, Dragons, considéré comme un chef d’œuvre, est et restera un film à part dans le développement de Dreamworks Animation. Celui, arrivé de nulle part, qui avait prouvé la capacité de la maison à créer des histoires universelles, émouvantes et spectaculaires. C’est donc sur cette base que partent les intentions de Dragons 2, vouloir affirmer que cette saga en devenir a tout d’une grande.

Ce second volet ne décevra personne. Il n’est jamais réellement décevant en soit, tant la capacité à créer le spectaculaire pour Dean DeBlois est immense. L’utilisation de la 3D, exceptionnelle, justifie à elle seule la réussite du film. Dragons 2 est de ces rares films qu’il faut voir dans son format original pour pouvoir l’apprécier. Les scènes d’envol sont sidérantes et le tempo imposé par le réalisateur des plus impressionnants. Le discours de ce deuxième volet n’est pas si différent du premier, en fin de compte, et c’est la principale tare du film. En ayant fait le choix, judicieux, de faire grandir ses personnages, leur donnant un caractère plus réaliste que jamais accentué par des dialogues assez forts, Dragons 2 ne décrit plus réellement les troubles de l’âge de son personnage. Le spectacle, bien que flamboyant, laisse en réalité un goût amer pour celui qui y était venu chercher l’expédition humaine et émotionnelle du premier.

En réunissant la famille au grand complet, en mettant en exergue les corps blessés dans le premier volet et les amitiés à mal, le film parvient à toucher, à émouvoir même. Il semble pourtant manquer à celui-ci la vigueur du premier, qui mettait au cœur de l’action l’avenir des deux protagonistes principaux, cette relation incomprise entre un jeune garçon et un dragon. Visuellement sidérante, l’expérience de ce Dragons 2 est aussi le résultat d’un mélange des influences des plus réussies, qui maximise l’effet de grandes scènes pour en rendre minime leur nombre. Une heure quarante plus tard, difficile de penser que le contrat du film n’a pas été rempli, tant dans tous les domaines, cette suite est une réussite, capable de réunir toutes les générations.

Mais n’était-ce pas aussi dans cette volonté de convaincre tout le monde que Dragons 2 échoue ? L’humour, destiné aux enfants, sans réel sous-texte, y trouve une place presque embarrassante malgré son efficacité, l’action et le propos se suivent sans problème.

Trop réussi en fin de compte ? Rarement spontané en tout cas. Spectacle visuellement incroyable, il manque un grain de sel, une personnalité plus forte à ce Dragons 2 pour pouvoir surprendre cette machine narrative tranquille, comme l’avait fait son aîné. Cette suite, comme son prédécesseur, aura aussi le droit à un jugement définitif. Il est et restera un magnifique divertissement estival, incapable d’atteindre la virtuosité du premier film, venu assurer les arrières d’un studio qui se doit de retrouver sa passion à œuvrer, à créer, à subjuguer.3 étoiles et demi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s