The Raid 2 de Gareth Evans

The Raid 2The Raid 2, écrit et réalisé par Gareth Evans
Interdit aux moins de 16 ans avec avertissement
Avec Iko Uwais, Julie Estelle, Yayan Ruhian et Arifin Putra
Durée : 2H30 / Date de sortie : 23 juillet 2014

Pas le temps de réfléchir, de savoir à qui on va s’attaquer, The Raid 2 reprend le service immédiatement après un premier volet grisant. C’est un peu la cantine des bourrins : on en veut toujours plus. Plus fort, plus long et surtout bien plus beau, la nouvelle fantaisie de Gareth Evans souligne le talent dont le bougre avait déjà fait preuve précédemment. Plus qu’un simple défouloir, dont on se satisfaisait déjà à l’origine, The Raid 2 est une proposition de cinéma d’une puissance de feu et d’un radicalisme hors norme. Sans plus aucune limite narrative, hors de l’immeuble où les bons et les méchants se massacraient avec beauté, cette suite symbolise à elle seule tout le caractère du cinéaste qu’est devenu Evans.

Capable d’aller piocher chez des auteurs plus étonnants que les maîtres John McTiernan ou John Woo, en travaillant au maximun la logique de ses plans, Evans fait montre d’un cinéma opératique, quadrillé par un montage fort et une beauté visuelle affirmée. Tout en gardant l’aura épique de son aventure, le Gallois surprend lorsque, d’entrée, il pose son film avec un plan fixe. Ambitieux, vous avez dit, ambitieux ? A l’inverse de ses comparses qui ont confondu l’attente suscitée avec un orgueil qui prend plus en plus de place, Gareth Evans garde en ligne de mire le spectacle au profit d’une narration plus dilettante. En menant désormais plusieurs intrigues, une guerre de gangs, en modifiant les décors, The Raid 2 gagne en épaisseur, ce qu’il perd en spontanéité. L’instinct animal de l’objet original est toujours là, a même gagné en force grâce à des séquences de combat hallucinantes. Evans veut faire de son film un modèle, dans tous les points, pour tous les publics. Malheureusement, si l’intégralité du film est une franche réussite, son scénario pêche par excès de confiance, avec des références trop éloignées de son cinéma et de ce qu’il représente pour espérer toucher. Convoquer le Kill Bill de Tarantino, son lyrisme, pour ensuite basculer dans une sauvagerie des plus primales, seul Evans en est capable ! Et ce n’est pas sans risque.

La confiance terrible que ce dernier a acquis sert et peut mettre à mal la crédibilité de l’auteur et celle de son film, en fin de compte. A la fois, quelle audace de mettre en images un spectacle de deux heures et demi, sans réel temps mort, et avec un respect constant pour les auteurs qu’il le fascine (de l’éternel retour au grand cinéma Hong-kongais aux récentes folies chromatiques de Nicolas Winding Refn) mais les tentatives scénaristiques se sont avérées plus périlleuses. Mais c’est cela qui, en réalité, fait la réussite de The Raid 2. Il a surgi, en à peine deux ans, une force phénoménale, se sentant capable de tout mettre en images (la séquence de combat de la prison est un vrai chef d’œuvre), avec une succession de plans impossibles encore une fois, quitte à être grotesque dans son déploiement de moyens. The Raid 2 est à l’image de son aîné, un plaisir bestial, coupable, sans détour. Evans s’est rebellé contre ceux qui ont fait de lui un vilain bourrin, un geek, doté d’un sens du filmage hors du commun, mais un meneur débilitant. Cette suite sauvage, ponctuée de moments d’anthologie, remet en place tout un système hollywoodien qui ne pense plus, qui n’évolue plus sans le numérique. C’est un opéra aux frontières du nihilisme, où la violence se propage et prend les corps pour n’en faire que de la chair inutile. Rares seront les prochains films d’action à proposer autant et à transformer l’action en une expérience sensitive, de laquelle nos sensations soient mises à mal avec une telle puissance. Exténuante mais ô combien dévorante !4 étoiles

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s