A Most Violent Year de J. C. Chandor

A Most Violent YearA Most Violent Year, écrit et réalisé par J. C. Chandor
Avec Oscar Isaac, Jessica Chastain, Albert Brooks et David Oyelowo
Durée : 2h05 / Date de sortie : 31 décembre 2014

Qui es-tu, Abel Morales ? C’est la question qui taraude le spectateur pendant la projection du troisième long-métrage de J. C. Chandor. Trois films, déjà tout d’un grand cinéaste. Avec ce faux film de gangsters, l’Américain se range de plus en plus vers une vision de cinéma aussi décapante que subtile, qui ne cède pas à l’ultra violence commune du genre du film de gangsters mais avance, figé, sans certitudes, et sous influences, dans ce qui fait le rêve américain. A l’instar d’Andrew Dominik avec Cogan, la violence est dissimulée des yeux mais elle n’en reste pas moins prépondérante et d’autant plus forte dans sa suggestion.

L’histoire d’Abel Morales, un homme qui court constamment, en quête de pouvoir, d’argent et, paradoxalement, d’une affaire saine dans un univers qui ne vit que de ses règlements de compte, est semblable à celle qu’il mettait en images dans Margin Call et All is Lost. Une vie en château de cartes. Ce qui fait l’intelligence de ce film sans héros, sans figure de bien ou de mal mais de toutes les nuances, est principalement que le récit ne se dévoile jamais. Jusqu’à la scène finale qui, soudainement, énonce l’aboutissement de la situation de Morales, A Most Violent Year joue la carte de l’épure, parvenant à tout simplifier sans pour autant rendre les enjeux simplistes.

La mise en scène de Chandor est d’une sophistication assez impressionnante. Malgré la difficulté de se renouveler dans le genre, le cinéaste prend le défi à bras le corps, sans douter une seule seconde de son exercice. Avec la photographie joliment délavée de Bradley Young, il fait renaître un New York des années 80 comme peu avait réussi auparavant. Cependant, A Most Violent Year n’est pas qu’un film de gangsters. En opposant intimement Oscar Isaac à Jessica Chastain, deux versants d’un milieu littéralement schizophrène, J. C. Chandor formule en outre une vision du mariage qui se désagrège. Les deux acteurs, étincelants, portent à bout de bras le film. Isaac, de son charisme naturel, donne une allure vaillante à ce personnage que l’on accuse de tout, lui-même incapable de faire sa propre justice quand tout le menace à sa chute. Jessica Chastain, moins présente mais toujours plus impressionnante, confirme sa montée en puissance à Hollywood, qu’elle terrasse de son regard intense.

Ce qui fait le talent de Chandor, par rapport aux autres cinéastes qui ont abordé le genre, est qu’il n’a pas besoin de passer par les poncifs et les clichés du genre pour montrer l’accession au pouvoir d’un homme. Tout en traitant des thèmes de l’identité et des origines, la mise en scène du cinéaste est d’une telle clarté que les faits n’ont pas besoin de passer par les dialogues pour être compris. En cela, A Most Violent Year est une fresque hors du commun, qui épargne le spectateur de la constante vulgarité du milieu qu’il traite pour aller à l’essentiel. Le travail sur le son et la radio qui est au cœur de la tension du récit donne une aura singulière au film. Si l’on ajoute à cela la classe apparente du film, sans une faute de goût, travaillant minutieusement les tonalités et les caractères de son époque, A Most Violent Year est non seulement une grande et belle confirmation du talent hors norme de son jeune réalisateur mais aussi un film qui fait du bien à nos désirs cinéphiles. Un film peu commode, d’une folle intensité, qui lave d’envolées sanguinaires désormais bien vaines les rues d’un genre pas encore tout à fait consumé de sa matière narrative.4 étoiles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s