Amy d’Asif Kapadia

AmyAmy, réalisé par Asif Kapadia
Avec Amy Winehouse, Mark Ronson, Tony Bennett et Pete Doherty
Durée : 2h07 / Date de sortie : 8 juillet 2015

Le film-témoignage a cela de risqué qu’il doit délivrer des images, souvent inédites et attendues par un public de fans, tout en ne se laissant pas dépasser par un enthousiasme trop débordant, au risque de plonger tête en avant dans l’hagiographie. Les métrages consacrés à des chanteurs et autres artistes sont de plus en plus nombreux mais ne permettent qu’à rares occasions de se replonger dans l’oeuvre d’un personnage public par le film qui lui est dédié. Il n’y a qu’à voir This is it de Kenny Ortega, récit de la monstrueuse tournée de Michael Jackson sorti après la mort de ce dernier, pour comprendre que ces films ne vont pas au-delà de ce qui est attendu, livrés comme des purs produits pour satisfaire l’appétit morbide du spectateur.

Où Asif Kapadia pouvait-il se positionner alors en abordant le destin d’Amy Winehouse dont la vie privée et les excès ont fait les unes des tabloïds durant des années ? Et surtout, après Senna, le documentariste parviendrait-il à se distinguer de la masse de documentaires avec sa vision de cinéma ? En fin de film, Amy laisse un sentiment d’entre-deux parce que la puissance de son dispositif, romanesque et moderne, ne parvient pas à totalement combler le gâchis ici montré d’une vie et d’une carrière écrasées par la famille de la chanteuse et les exigences d’une industrie avide. Il n’y a pas une seule image de témoignage de la chanteuse. Kapadia a préféré aller piocher dans un spectaculaire fond d’archives, qui va d’une fête d’anniversaire à ses 14 ans jusqu’à sa chute, pour raconter une histoire simple et évidente à tous. Si bien que Amy, par sa construction déliquescente et une galerie de personnages qui semblerait tout droit sortie d’un drame familial, en viendrait presque à faire oublier qu’il est un documentaire. En confrontant simplement les images au ressenti du spectateur, le film de Kapadia réussit à créer un équilibre doux entre les extraits sensationnels d’une femme livrée en pâture dans une arène médiatique sans le vouloir et, surtout, ses compositions d’artistes qui prennent une dimension personnelle d’autant plus bouleversante quand le cinéaste les mêle aux images. Il n’y a qu’à voir le récit parallèle des amours de Winehouse avec Blake Fielder et l’enregistrement de Back to Black, le superbe album qui l’a révélé au monde, pour comprendre la force qui peut émerger du film.

Alors il est vrai que le film s’étale, et qu’il manque finalement un peu de renouveau dans cette structure en témoignages, qui a ses bons (dresser un portrait intime et détaillé de la personnalité de la femme) et ses mauvais côtés (le sentiment que toutes les paroles sont savamment contrôlées). Le montage aurait gagné à être plus resserré, pour trouver dans la relation familiale destructrice l’émotion que ce dernier voulait sans doute faire surgir chez le spectateur. Néanmoins, il est plaisant de voir un film (un vrai) qui fait le choix de limiter les succès de son héroïne en des capsules de bonheur instables et éphémères (la formidable séquence des Grammy Awards, avec une Amy Winehouse aux yeux pétillants, donne de l’air et de l’humanité au documentaire) pour construire un pur récit de cinéma, avec ses exigences narratives et un souci de cohérence. Non seulement le caractère pointilleux de Kapadia offre un portrait passionnant, mais il n’en oublie pas autant, comme tout documentaire devrait le faire, de porter un regard fort sur le goût de notre société à scruter, en voyeurs, les faits et gestes d’une personnalité. Dommage pour ceux qui viendront chercher cela : Amy est avant tout l’histoire d’une femme dont le seul désir dans la vie était d’être considérée normalement. L’oeuvre de Kapadia, imparfaite mais forte en ambitions tragiques, confirme le statut du documentariste en tant qu’artiste au talent vaste et pleinement investi dans sa mission à faire refléter la société dans ces personnages et modèles.3 étoiles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s